Le blog du numérique du lycée Lamarck

Catégorie : Data

Nos données personnelles valent de l’or !

Pour ce débrief du numéro de Cash Investigation “Nos données personnelles valent de l’or !” (replay), Elise Lucet est entourée de Linda Bendali, qui a réalisé l’enquête, Bertrand Scirpo, le délégué à la protection des données personnelles à France Télévisions, et Emmanuel Gagnier, le rédacteur en chef de “Cash”.

  1. Que pouvons-nous faire pour protéger au mieux nos données ?
  2. Pourquoi la CNIL a-t-elle autorisé la collecte des données de santé auprès des pharmacies ? N’est-elle pas censée protéger ces données ?
  3. Comment faire pour s’opposer à l’envoi de nos données à IQVIA ?
  4. Il semble que l’application Ma Grossesse ne soit plus accessible depuis un mois. Savez-vous si ces changements sont liés à la réalisation de votre enquête ?
  5. es sites demandent une autorisation pour les cookies. Certains nous obligent à les accepter, ou à payer pour accéder au contenu (par exemple, Marmiton). Est-ce que c’est légal ?
  6. Pourquoi France.tv demande à s’inscrire avec son adresse mail et sa date de naissance pour voir, entre autres, “Cash Investigation” ?

Source: “Nos données personnelles valent de l’or !” > Le débrief du magazine “Cash Investigation”

Pourquoi l’anonymisation des données personnelles est bien une illusion

es courtiers en données personnelles, ou data brokers, ont un discours tout trouvé pour rassurer un utilisateur de l’Internet qui craindrait pour ses données personnelles : elles sont anonymisées, donc pas de nom ni de prénom. Il serait donc impossible de l’identifier et il pourrait ainsi surfer sur le Net incognito. Mais cette promesse, c’est du bidon ! A l’Imperial College de Londres, depuis plusieurs années, une équipe de chercheurs alerte sur les risques que représentent les bases de données pour la vie privée.

A sa tête, le Belge Yves-Alexandre de Montjoye, l’un des experts les plus réputés au monde de l’anonymisation des données. “Ceci est un outil qu’on a développé, avec beaucoup de pays dans le monde, pour essayer d’aider à expliquer comment on peut ‘ré-identifier’ une personne. Il permet de voir ce qui va être nécessaire pour retrouver une personne dans le pays en question”, explique-t-il au magazine “Cash Investigation” (replay). Il dispose ainsi d’une base de données anonymes qui contient les profils de 66 millions de Français.

Nos données personnelles valent de l’or !

“Cash” révèle comment un téléphone espionne son utilisateur, comment des données très personnelles sur sa religion, sa grossesse ou son moral sont envoyées sans son consentement à des partenaires commerciaux. Par exemple, lors d’une connexion sur le site de santé Doctissimo, des informations sont transmises à l’insu de l’utilisateur et elles vont ensuite être envoyées à des entreprises appelées des “data brokers” qui vendent ces données de consommateurs pour des publicités ciblées. Un marché colossal estimé à 400 milliards d’euros en Europe !…

Source: Nos données personnelles valent de l’or !

Une montre connectée peut-elle révéler la personnalité de son utilisateur ?

Avec le profilage prédictif, les courtiers en données personnelles, ou data brokers, peuvent désormais lire dans les pensées des consommateurs en étant branchés directement sur leur cerveau… Et pour le démontrer, le magazine “Cash Investigation” (replay) a commandé un appareil qui ne se branche pas sur le crâne mais se porte au poignet : une montre de sport, la Fitbit Inspire rachetée par Google, l’un des modèles les plus vendus en France, qui rafle les données de 29 millions d’utilisateurs dans le monde.

Pour le magazine, la journaliste Rébbeca Khananié va jouer les cobayes. Afin de mettre sa montre en marche, elle doit créer son profil. A partir de cet instant, toutes ses données vont être enregistrées : le nombre de pas qu’elle fait dans la journée, sa fréquence cardiaque, la quantité de calories qu’elle brûle ou la qualité de son sommeil. Des informations en apparence anodines, mais qui pourraient par exemple être utilisées pour l’embaucher ou lui accorder un crédit…

Source: “Cash Investigation” a testé une montre connectée qui pourrait révéler la personnalité de son utilisateur

Le Stratège : l’analyse statistique au service de la performance

Le Stratège, film de Bennett Miller sorti en 2011, raconte l’histoire de Billy Beane, sélectionneur d’une équipe de baseball qui décida d’utiliser des méthodes statistiques et d’analyse de données pour assembler une équipe capable de gagner la Ligue majeure de baseball américaine.

L’art de gagner

Billy Beane est le vice-président des Athletics d’Oakland, une équipe de baseball de Ligue majeure. En 2009, il rejoint le Top 10 des managers généraux de la décennie réalisé par Sports Illustrated.

Si son nom ne vous est pas totalement inconnu, c’est parce que ce passionné de baseball a révolutionné l’histoire du recrutement sportif (et que c’est Brad Pitt qui, à l’écran, porte la casquette de Billy Beane…). Comment ? Grâce à l’analyse statistique des données (data) de chaque joueur.

Billy Beane, pionnier de l’utilisation de la data

En 2002, l’équipe de baseball Oakland Athletics se fait rafler ses meilleurs joueurs par les Yankees. Une équipe de renom au budget gargantuesque : 125 millions de dollars par an. Quand on sait que les Athletics doivent même payer leurs canettes de soda, on comprend vite le déséquilibre…

Frustré et à cours d’argent, Billy Beane décide de former une toute nouvelle équipe avec l’aide d’un économiste particulièrement fan des théories mathématiques de Bill James. Tous les deux vont alors utiliser les statistiques « sabermetrics » pour recruter des talents moins cotés et pour sélectionner les meilleurs joueurs à chaque poste. Une méthode raillée à ses débuts mais qui porte ses fruits très rapidement ! Aujourd’hui, pas une équipe de sport ne travaille sans l’analyse statistique des datas.

La victoire des canards boiteux… et des stats

Jugée au départ comme une équipe de bras cassés (trop vieux, blessés, impopulaires…), les Athletics remportent finalement 20 victoires consécutives, battant ainsi le record de l’American League. Et le tout pour un budget de 41 millions de dollars, soit 3 fois moins que celui des Yankees.

Source : Le Stratège : l’analyse statistique au service de la performance

Nesrine, Data Scientist – Série Les Interviews Selfies

Nesrine, Data Scientist – Série Les Interviews SelfiesLe principe des Interviews Selfies : de jeunes professionnels du numérique, qui exercent un métier recherché et/ou en développement dans le secteur, partagent avec vous leur point de vue sur leur métier, leur parcours, leurs passions…

NB : parcours propre à l’interviewée, communiqué à titre indicatif

Pour en savoir plus


Les métiers de l’informatique

Le Stratège : l’analyse statistique au service de la performance

Le Stratège, film de Bennett Miller sorti en 2011, raconte l’histoire de Billy Beane, sélectionneur d’une équipe de baseball qui décida d’utiliser des méthodes statistiques et d’analyse de données pour assembler une équipe capable de gagner la Ligue majeure de baseball américaine.

L’art de gagner

Billy Beane est le vice-président des Athletics d’Oakland, une équipe de baseball de Ligue majeure. En 2009, il rejoint le Top 10 des managers généraux de la décennie réalisé par Sports Illustrated.

Si son nom ne vous est pas totalement inconnu, c’est parce que ce passionné de baseball a révolutionné l’histoire du recrutement sportif (et que c’est Brad Pitt qui, à l’écran, porte la casquette de Billy Beane…). Comment ? Grâce à l’analyse statistique des données (data) de chaque joueur.

Billy Beane, pionnier de l’utilisation de la data

En 2002, l’équipe de baseball Oakland Athletics se fait rafler ses meilleurs joueurs par les Yankees. Une équipe de renom au budget gargantuesque : 125 millions de dollars par an. Quand on sait que les Athletics doivent même payer leurs canettes de soda, on comprend vite le déséquilibre…

Frustré et à cours d’argent, Billy Beane décide de former une toute nouvelle équipe avec l’aide d’un économiste particulièrement fan des théories mathématiques de Bill James. Tous les deux vont alors utiliser les statistiques « sabermetrics » pour recruter des talents moins cotés et pour sélectionner les meilleurs joueurs à chaque poste. Une méthode raillée à ses débuts mais qui porte ses fruits très rapidement ! Aujourd’hui, pas une équipe de sport ne travaille sans l’analyse statistique des datas.

La victoire des canards boiteux… et des stats

Jugée au départ comme une équipe de bras cassés (trop vieux, blessés, impopulaires…), les Athletics remportent finalement 20 victoires consécutives, battant ainsi le record de l’American League. Et le tout pour un budget de 41 millions de dollars, soit 3 fois moins que celui des Yankees.

Source : Le Stratège : l’analyse statistique au service de la performance

© 2021 Lamarck numérique

Theme by Anders NorenUp ↑